« Recharger ses batteries… »

Les gadgets utilisant l’énergie éolienne sont de plus en plus nombreux et dans la catégorie invraisemblable mais vrai en voici un nouveau.

Je ne sais pas si une sérieuse étude de marché est à l’origine de cette innovation, mais quoiqu’il en soit “The AIRE mask ” pourrait bientôt être en vente puisqu’il vient de gagner le prix international « RedDot » dans la catégorie concept…

Les commentaires évoquent  Sub zero, Shredder (Tortues Ninjas) ou bien le père de Luke le randonneur du ciel et pourtant tu seras peut être le prochain à jogger dans les bois vêtu de ce sympathique appareillage.

La croissance verte c’est aussi le fun et les tentatives qui vont avec et pour cela je décerne le prix Vertfocus du rire à gorge déployée (lol pour les saxons)  au AIRE mask.

Parlant technique, le produit permet de convertir vos expirations en énergie via de petites turbines. Le but étant non pas simplement de vous faire paraitre plus idiot que vous ne l’étiez sans mais de recharger de petits appareils électroniques (Ipod/pad/phone etc.)

Jao Paulo Lammoglia est le créateur de ce prototype et déclare super enthousiaste : « AIRE peut être utilisé en toute occasion, à l’intérieaire maskur comme à l’extérieur. Il peut être utilisé pendant le sommeil, en marchant, en courant et même en lisant un livre. De plus, outre les économies d’énergie (et donc la contribution à la sauvegarde de notre environnement), il encourage l’exercice physique ! »

Merci Jao pour ta contribution écolo et garde la pêche !

L’Europe un peu plus verte?

champ d'eoliennes

 

 

 

 

 

 

Un rapport de l’Union Européenne de décembre dernier (rapport EurObserv’er) montre que le vieux continent a fait des progrès considérable concernant l’utilisation des énergies dites propres (hydro électricité, éolien, photovoltaïque, biomasse).

Ainsi, en 2009 la part d’énergie propre dans la consommation énergétique globale des 27 pays de l’Union Européenne était de 11.5%. Elle est selon l’étude passée à 12.4% en 2010 soit une augmentation de près de 1%.

De plus, l’emploi reste dynamique dans ce secteur contrairement à économie générale. En effet, on dénombrait en 2010 plus de 1.14 millions d’employés soit une hausse spectaculaire de 25% en seulement un an ! Notons que le rapport ne compte pas le nucléaire en tant qu’énergie propre malgré le lobbying du secteur.

Parmi les plus dynamique en termes d’emploi on notera : les entreprises travaillant sur la Biomasse avec 273 000 postes, le photovoltaïque avec 268 100 jobs et enfin l’éolien avec 253 145 emplois.
Ci-dessous les chiffres de l’étude:
- Part des énergies propres dans la consommation finale d’énergie de l’UE : 12.4% en 2010 (11.5% en 2009)
- Part des énergies propres dans la consommation globale d’électricité : 19.8% en 2010 (18.2% en 2009)
- Part des énergies propres dans la consommation primaire d’énergie : 9.9% en 2010 (9.1% en 2009)
- Nombres de postes dans les secteurs des énergies propres : 1.11 Millions en 2010 (0.91 millions en 2009)
- Chiffre d’affaire du secteur : 127 milliards d’euros en 2010 (120 milliards en 2009)

 

Le but de ce poste n’est pas de verser dans l’auto satisfaction, mais de rester positif en ces temps de morosité économico-médiatique et en rappelant que les efforts entrepris et à entreprendre peuvent payer!

Nous devons enfin noter (par décence intellectuelle ) que la production total d’énergie est aussi en augmentation ce qui représente un bémol certain ( +21%)…Rien ne remplace donc la réduction des besoins, et donc une meilleur gestion dans l’utilisation des ressources.

Classement GreenPeace, mais ou sont donc Apple et Facebook?

Greenpeace vient d’élire Google entreprise informatique la plus verte, en la plaçant au sommet de son classement annuel “Cool IT Leaderboard”. Ce classement est effectué en fonction des efforts de chaque entreprise en termes d’utilisationd’énergie renouvelable, de réduction de leur empreinte écologique et de promotion de ces changements au sein de leurs secteurs d’activités.

Chaque entreprise a donc reçue une note prenant en compte les trois critères suivants :

classement des entreprises informatiques les plus ecologiques selon greenpeace

classement greenpeace

-          Solutions contre le réchauffement climatique

-          Impact énergétique

-          Engagement et promotion du changement

Les felicitations

Google prend la première place en raison de ses efforts quant à l’utilisationd’énergies renouvelables ainsi que pour son soutien et militantisme pour l’utilisation d’énergie propre par les acteurs de son secteur d’activité. Google, Cisco et Dell sont leaders de ce classement en termes d’impact énergétique. Ainsi, plus de 20% de leurs besoins énergétiques sont couverts par l’utilisation d’énergies renouvelables.

Softbank, nouvel entrant du classement 2012, a reçu la plus haute note en matière d’engagement sociale et politique en raison de son combat pour l’utilisation d’énergies propre suite à la catastrophe de Fukushima. Fujitsu, Ericsson et Cisco mènent la course en matière de reporting écologique et leurs efforts de réductions des émissions de CO2.

Bémol

Mais ce classement ne saurait être de Greenpeace, s’il ne se faisait critique en certains points. Ainsi, bien que l’ONG note les progrès importants réalisés en termes de reporting ou d’utilisations des énergies renouvelables, elle souligne aussi l’appétit grandissant en besoins énergétiques de l’industrie informatique due à l’expansion des infrastructures télécoms et la construction de centre de données toujours plus grands (notamment pour alimenter les systèmes “cloud”). De plus, bien que certaines entreprises se démarquent par l’utilisation des énergies renouvelables ou la rationalisation de leurs besoins, la plupart des acteurs du secteur ne font pas assez d’efforts.

Nous pouvons ainsi remarquer l’absence de deux géants du secteur : Apple et Facebook !

Greenpeace a ainsi décidé d’exclure la firme à la pomme de son classement car je cite : « l’entreprise n’a montré ni engagement ni volonté de suivre les opportunités du marché qui l’auraient poussé à utiliser des solutions énergétiques plus durables et ce malgré des bénéfices et capacités d’investissement records ».

Facebook quant à lui est exclu du classement pour les même raisons, mais l’ONG a précisé qu’il serait inclut l’an prochain suite aux annonces d’investissement énergétiques importants et d’un partenariat avec Opower pour développer un outil permettant d’analyser les besoins énergétiques de Facebook pour rationaliser et les maîtriser.

Enfin, Oracle est descendu cette année à la dernière position du classement à cause de son incapacité (non volonté?) de fournir les sources de son approvisionnement énergétique.

Un encouragement pour les entreprises à poursuivre leurs efforts.

Ce classement est loin d’être parfait car il s’appuie essentiellement sur les données énergétiques mais il a au moins comme intérêt de montrer aux utilisateurs les entreprises engagées dans l’effort et celles qui restent indifférentes à ce mouvement civilisationelle…

Vous pouvez consulter le dossier complet ici

Hiriko la petite Basque a tout d’une grande!

Quand il s’agit de se déplacer en zone urbaine, les moyens les plus responsables restent la marche, le vélo et les transports en communs. Mais soyons réalistes ce n’est pas demain la veille que les infrastructures, incitations et mentalités permettront d’avoir un centre-ville uniquement  piéton.

Le pragmatisme étant l’essence de notre conception du développement durable nous apprécions donc les innovations qui vont dans ce sens. Et une des solutions est de minimiser l’impact environnementale du moyen de transport numéro un : l’automobile.

Ainsi, nous ne pouvons que saluer l’arrivée d’Hiriko !

Hiriko qui signifie “urbain” en Basque est une petite voiture 100% électrique qui peut même rétrécir puisque pliable! Nous connaissions les vélos pliables, voici leur grande sœur Hiriko.

Fantasme de futurologue et de designer ? Pas du tout, l’auto est déjà sur le chemin des ateliers de montage. La voiturette est un produit développé par Hiriko Project, fruit de l’alliance du Massachusset Institut of Technology et de l’entreprise Basque Espagnole DENOKINN région dans laquelle les premiers modèles seront assemblés.

La semaine dernière, José Manuel Barroso  président de la commission européenne a pu faire un tour dans le véhicule et l’a déclaré comme étant une des solutions à la crise. Argument pertinent puisqu’allant dans le sens de l’innovation et de l’écologie.

Hiriko a donc quatre roues, peut accueillir deux passagers, parcourir un peu plus de 90km avec une seul charge et se contracter jusqu’à ne mesurer qu’un mètre cinquante !

Nous pourrions en croiser sur les routes européennes d’ici 2013 puisqu’un test grandeur nature sera lancé cette année-là avec une flotte de 20 voitures. Le prix n’est toutefois pas encore fixé mais devrait avoisiner les 12000euros (source New York Times).

Il y a donc fort à parier que les premiers acheteurs seront les entreprises, collectivités locales et quelques privilégiés acquérant une deuxième voiture.

Muy Thai Ecolo: Fontaine d’eau gazeuse vs Bouteille d’eau gazeuse ?

Bien qu’encore peu rependue en france comparé aux ventes importantes à l’étranger l’utilisation des fontaines à eaux gazeuses et sodas connaît tout de même un certain engouement chez les amoureux de petites bulles.

Et après l’argument pratique, vient celui de l’écologie. En effet, si je substitue mon achat de bouteilles d’eaux gazeuses par l’acquisition d’une machine a eau gazeuse je dois certainement réduire mon empreinte écologique. Qu’en est-il ?

Le marketeur Danone (ou d’ailleurs) nous explique alors qu’il a fait, fait et fera de son mieux pour réduire au maximum chacun de ses dommages en améliorant les processus de fabrication (extraction et packaging) et de recyclage par exemple. Et pourquoi douter de sa bonne volonté ? Mais il ne peut pas grand-chose pour réduire l’impact énorme du au seul transport des bouteilles d’eau, qui sera donc notre étalon pour le test match bouteille vs fontaine.

Le cycle de vie d’une bouteille en plastique se résume grossièrement aux trois étapes du graphique ci-dessous (merci ecosynthese.com)

Chaque étape a un impact sur l’environnement qu’il s’agisse d’utilisation de ressources non renouvelables, d’émissions de CO2 ou de pollution des sols et des eaux (bouteilles jetées dans la nature par exemple).

On estime ainsi que chaque Français consomme en moyenne 121 litres d’eau en bouteille par an ((chiffres de l’institut ACNielsen 2009) dont 30% d’eau gazeuse soit : 24 bouteilles par an et par Français en moyenne.

Par ailleurs, nous savons que chaque kg de bouteille transport sur 1km émet 0.315 grammes de CO2. Mettons maintenant que chaque bouteille parcours en moyenne 100 km durant son cycle de vie, le calcul est simple : le seul transport d’eau gazeuse en France est responsable de l’émission de

-          31.5 grammes de CO2 rejeté par bouteille

-          soit 2.54 kg de CO2  par français/an

-        soit 167 000 tonnes de CO2 rejeté  pour la population française/an pour le seul transport de bouteille d’eau gazeuse…

Info ludique, planter un arbre permet de compenser 200kg de CO2/an. Plantons donc 835 000 arbres !

Le résultat est édifiant…Et encore nous n’avons pas calculé les rejets de CO2 dues aux transports des autres boissons gazeuses. Car oui, la machine permet aussi de faire son propre cola ou autre sodas.

Ce calcul prouve donc à lui seul l’intérêt pour les buveurs d’eau gazeuse d’investir dans une de ces machines. En effet, bien qu’il faille aussi produire, stocker, transporter et recycler ces fontaines (ainsi que les cartouches de CO2 pour faire les bubulles), le processus n’est pas à répéter pour chaque litre d’eau consommé.

Encore une fois la simple logique de réutiliser ce qu’on ne peut réduire, et recycler ce qu’on ne peut réutiliser prend tout son sens. Certains diront qu’on peut même se passer d’eau gazeuse, mais ce n’est pas mon sujet.

Enfin le coût par litre pour le consommateur est bien moins élevé.

[pto featured="MACHINE EAU GAZEUSE"]